les lauréats

Palmarès national

catégorie Création

catégorie Emergence

Palmarès régional

catégorie Création

catégorie Emergence

je recherche un lauréat

Bouton inscription en ligne - prochaine édition à partir du 2 janvier

Pour contacter les lauréats :

joindre l'équipe organisatrice (BGE)

du concours au 01 43 20 54 87

nous contacter

Lien "Je suis candidat"Lien "Je suis partenaire"Lien "Je suis journaliste"Lien "J'accompagne un créateur"

LAUREAT NATIONAL
TALENTS DES CITES 2002

image du mot "création" dans une police manuscrite"
photo de BP Clim

BP Clim (Association)

Créateur(s) : Michaël BOUHADANA

Parrainé par le Ministère de la Cohésion des territoires

Projet suivi par Adie et DEFi jeunes

Région Paris-Ile-de-France | quartier des Biscottes - St-Ouen - Seine-Saint-Denis (93)

Emplois créés : 2

Activité | Pose de pare-brise à domicile

 

Le projet

 

Michaël Bouhadana, 23 ans est originaire du quartier des Biscottes à St-Ouen. Il voulait “devenir un homme ” et “mettre du piment dans le boulot ” parce qu’il est à St-Ouen et non “ aux Bahamas”, et il faut bien faire avec. Passionné de voitures et de tuning, il lance alors son entreprise de pose de pare-brise à domicile.

 

LES MAINS DANS L’HUILE
Le gosse a grandi trop vite. À “faire des choses de grande personne”, il est devenu adulte avant l’âge. “À 13 ans, je faisais déjà tourner les machines et je repassais…Alors, pourquoi pas une société.. ” C’est vrai, pourquoi pas. À un détail près que les outils de sa boîte de mécano ne sont plus en plastique. Sorti de l’enfance sans ménagement avec une mère malade, une grande soeur de dix ans son aînée qui l’élève et finit par partir de la maison pour vivre sa vie le laissant de nouveau “sans maman”, et à quinze ans sur une mobylette à livrer des pizzas pour s’acheter une 205 GTI… Alors, patron à 23 ans d’une entreprise de pose de pare-brise à domicile, on reste dans l’ordre des choses. Pourtant, “quand on a grandi entre cinq bâtiments, ce n’est pas vraiment la voie à laquelle on est prédestiné ”. Surtout quand ses profs lui répétaient qu’il était “ un élève perdu”, quand il n’était pas un “ élément perturbateur ”. Il rate son Bac et grille son BTS comptabilité et gestion en alternance pour une histoire d’arrivage de la nouvelle collection d’un magasin de prêt à porter : “En tant que responsable de rayon dans le point de vente vitrine de la chaîne sur les Champs Élysées, je ne pouvais pas m’absenter... ”
De toute façon, Mickaël préfère “ les mains dans l’huile ” aux devoirs et à “ la Play-Station ”. Fan du magazine télé Turbo et d’Auto Plus, fou de tuning. Sans cesse à améliorer et transformer sa voiture jusqu’au moindre détail pour la rendre plus puissante, plus esthétique, plus singulière. Les vitres vermillon, les jantes extralarges, le spoiler arrière ou le pot Remus double 90 restent son univers ; le garage d’Hugues, son repère. Ils discutent mécanique et très vite business : “Je me disais courageux mais pas téméraire… Mais j’ai toujours voulu me démarquer des autres. Hugues avait dix ans de métier derrière lui, cela a suffi à me rassurer… D’autant plus qu’il a lâché son affaire pour le projet ”. Sa boîte en tête, Mickaël se lance dans le montage de dossiers à la recherche de subventions et de prêts. En trois mois, il décroche l’Adie et son prêt de 6 098 € à taux zéro, l’ACCRE (exonération des charges sociales) et le Prix DÉFi Jeunes de 5 031 €.

 

PARTIR A LA PLAGE ET EXPLOSER LE PREVISIONNEL

Aujourd’hui, ils ont une cinquantaine de clients, principalement de la sous-traitance de garagiste, et quelques grosses concessions comme Ford, Chrysler ou Jaguar. Ils turbinent si bien qu’ils se prendraient même quelques vacances… Quatre semaines l’été, à peine six mois après l’ouverture. Le comptable s’arrache les cheveux - “Vous vous prenez pour Microsoft ? ” -, mais ils partiront à la plage. Ils exploseront le prévisionnel – 152 450 € – et onze mois après, rachèteront une carrosserie.
L’avenir ? “Je rêve d’avoir, dans 20 ans,un fauteuil en cuir qui ferait quatre fois ma chambre !” Finalement, le gosse n’a peut-être pas grandi tant que ça.

pointillés

retour