les lauréats

Palmarès national

catégorie Création

catégorie Emergence

Palmarès régional

catégorie Création

catégorie Emergence

je recherche un lauréat

Bouton inscription en ligne - prochaine édition à partir du 2 janvier

Pour contacter les lauréats :

joindre l'équipe organisatrice (BGE)

du concours au 01 43 20 54 87

nous contacter

Lien "Je suis candidat"Lien "Je suis partenaire"Lien "Je suis journaliste"Lien "J'accompagne un créateur"

LAUREAT NATIONAL
TALENTS DES CITES 2002

image du mot "création" dans une police manuscrite"
photo de HK

HK

Créateur(s) : Khadija HIMMES

Parrainé par le Ministère de la Cohésion des territoires

Région Aquitaine | BAUCAIRE

Emplois créés : 1

Activité | Services aux entreprises : secrétariat, facturation, devis...

 

Le projet

 

Khadija Himmes, 23 ans est originaire de Beaucaire (Gard). Elle rêve d’avoir la trentaine ; elle a 23 ans. Faute d’accumuler les années et obsédée par le charisme, elle se donne une stature juridique, crée sa petite entreprise et son job sur mesure. Et enfin, envoûte.

 

EN ATTENDANT LA CANNE

Khadija a bien un local, mais son bureau se résume surtout à son portable. Souvent au volant de sa 205 à parcourir la région - Nîmes, Avignon, Arles, St- Martin de Crau, etc...; opérationnelle n’importe où, à son cabinet ou chez le client, pour une ou deux heures, un simple remplacement d’un jour ou un coup de bourre. Son BTS en poche, elle fonce. Fait le grand plongeon, tente l’aventure. Goûte à l’indépendance. Bref, à 23 ans, elle crée son entreprise, son “petit truc” à elle, un job sur mesure qu’elle façonne à sa manière.

 

ECHAPPER A LA MONOTINIE DE LA PAPERASSERIE

Marchant sur les plates-bandes des boîtes d’intérim, elle propose un service ponctuel de gestion d’entreprise : secrétariat, préparation de documents comptables, informatiques, facturations, devis... Et tente d’échapper à la monotonie de la paperasserie et des chiffres, passant d’une entreprise et d’un secteur à l’autre. D’un dentiste où elle fait de la relance clientèle, à une conseillère en recrutement où elle gère son mailing et corrige ses tests psycho-techniques, en passant par un avocat pour lequel elle enregistre sa comptabilité ou par la propriété d’un agriculteur chez qui elle fait de la facturation.

Elle roule, tout en essayant d’éviter les nids de poules : “ C’est dur d’avoir un petit BTS et d’aller voir les entreprises... Je m’en suis pris aussi plein la figure ”. Mais volontaire et têtue, elle avance. Agressive, même parfois. Fonçant toujours, faisant fi parfois de la bienséance, remballant la langue de bois, écoutant d’une oreille distraite les conseillers de la Boutique de Gestion et n’en faisant finalement qu’à sa tête. Préférant, par exemple, la confrontation directe avec les commerçants ou les entreprises aux courriers. Même prise de position arrêtée pour l’étude de marché : elle n’en fera pas. Si elle se lance, c’est pour répondre à son envie, refusant l’idée de perdre du temps : “ S’il avait fallu attendre huit mois avant que ça tourne, j’aurais abandonné ! Huit mois ! Mais j’aurais presque pu faire un enfant ! ”
Le même temps qui passe et qui la rend folle : “En sortant du BTS, on ne nous propose que de la saisie comptable ! Il faut attendre généralement 3 ou 4 ans pour qu’on daigne nous donner plus de responsabilités ! Trois ou quatre ans : faut pas rêver ! ” Khadija concède rarement. “Créer son entreprise, c’est d’abord prendre le pouvoir qu’on nous enlève ”. Obsédée par l’idée de s’imposer, d’être écoutée : “ C’était une façon d’avoir un plus pour parler. Une personne qui va prendre des risques, se lancer toute seule, les gens vont la suivre. Un statut juridique permet de gagner en poids. Pour qu’on nous prenne un peu plus en considération, il n’y a pas d’autres moyens. Soit vous avez une canne et là, on vous écoute, on prend votre avis, soit vous êtes fils d’untel... Je ne suis pas fille de médecin et je n’avais pas envie d’attendre d’avoir une canne. ”

pointillés

retour