les lauréats

Palmarès national

catégorie Création

catégorie Emergence

Palmarès régional

catégorie Création

catégorie Emergence

je recherche un lauréat

Bouton inscription en ligne - prochaine édition à partir du 2 janvier

Pour contacter les lauréats :

joindre l'équipe organisatrice (BGE)

du concours au 01 43 20 54 87

nous contacter

Lien "Je suis candidat"Lien "Je suis partenaire"Lien "Je suis journaliste"Lien "J'accompagne un créateur"

LAUREAT NATIONAL
TALENTS DES CITES 2002

image du mot "création" dans une police manuscrite"
photo de International Sky-ball Association

International Sky-ball Association (Association)

Créateur(s) : Dean ILEDEFONSE

Parrainé par le Ministère de la Cohésion des territoires

Région Haute-Normandie | ROUEN

Emplois créés : 1

Activité | Création d'un sport urbain et free-style

WEB / WWW.URBANBALL.COM

 

Le projet

 

Dean Ildefonse, 30 ans, est originaire du quartier de La Grand Mare à Rouen. On prononce son nom jusque de l’autre côté de l’Atlantique. Les Américains et le monde du freestyle ne parlent que de lui. L’inventeur du sky-ball.

 

FRENCHY STAR

On ne sait pas grand chose de lui. Sinon qu’il est toujours sans salaire, mais a de l’or dans les mains. Ou plutôt des billets verts. Les Américains suivent de très près ce petit “Frenchy ” qui vient de créer le sky-ball, nouveau sport urbain et freestyle. Le but du jeu: réaliser des figures, seul ou à plusieurs, à partir d’un ballon en utilisant tous les aspects fournis par l’urbanisme : mur, escalier, banc, trottoir… Les mastodontes de l’industrie du sport flairent le business. Nike et M. Dia tentent des approches, et “Frenchy” lâche des projets à coups de millions de dollars, comme les premières journées mondiales du Sky-ball (JMS) dans 170 pays. Invité à faire son show devant 40000 personnes au Parc des Princes lors du jubilé Raï, à célébrer la carrière de l’ancien capitaine du Paris-St-Germain, ou en grande pompe à Eurodisney lors de la présentation privée de la nouvelle collection de Nike, suite à un clip tourné pour la marque.

Celui qui révolutionne et met en ébullition l’industrie du freestyle s’appelle Dean Ildefonse. Trente ans, originaire de La Grand Mare à Rouen, “sorti du quartier grâce à l’athlétisme ”. Médaille d’argent du 4x100 mètres au relais lors des championnats du monde scolaires, et une mauvaise blessure en 1989 qui le contraint à abandonner définitivement le sport en tant que compétiteur cinq ans plus tard. Un BEP commerce, un Bac G3 techniques commerciales, une école parisienne d’arts plastiques et une année d’Histoire de l’art à la Sorbonne plantée en cour d’année leur préférant la bibliothèque de Beaubourg et l’art en autodidacte.

 

TOURNOIS DE FOOT EN SALLE

Ses premiers pas dans le business remonte à 1996. Faute de courir, il montera son entreprise individuelle dans l’organisation d’événements sportifs. Le nom est clinquant, Dean Germainy Management International, la claque mémorable : “je n’ai jamais eu de client”. Au bout de six mois, il plaque tout pour se relancer un an plus tard dans l’organisation de tournois de foot en salle. La dernière édition, en 1999, se déroulera dans 10 villes et regroupera 80 grandes écoles et universités. Mais ce à quoi il rêve, c’est d’un trophée européen et mondial, et d’un certain Lilian Thuram comme parrain. Bille en tête, il prend alors la route pour Parme négligeant un léger détail : la vedette n’est pas en Italie mais à Paris pour un match... Marche arrière. Rouen-Parme, Parme-Clairefontaine, mais son périple s’arrêtera aux grilles du domaine, stoppé par la sécurité : “C’était impossible d’avoir avalé tous ces kilomètres pour rien... J’ai alors fait le tour du site et j’ai réussi à y pénétrer. Quand j’ai vu Thuram, je lui ai expliqué tout ce que j’avais fait pour arriver ici et je lui ai demandé de me consacrer 2 minutes. Il m’a écouté. ”

Thuram dans la poche, mais certainement pas les organisations nationales et internationales de football qui regardent son initiative d’un mauvais oeil, quand elles ne tentent pas de tirer la couverture à elles. D’où l’idée de créer son propre sport. Sans lutte de pouvoir ni crochepied.

 

LE CULOT POUR RALLIER

Le 29 mai 2001, il dépose la marque Skyball, le 6 juin le brevet. À ses côtés, Jean- Jacques Bertrand, l’avocat de Marie-José Pérec, de Candeloro et de Cantona entre autres. Un homme de poids rallié grâce à son culot là encore : “ Dans la presse sportive, il apparaissait comme l’homme incontournable. Il fallait que je l’aie. ” Il l’appelle, prend rendez-vous et le convainc. Il est aujourd’hui secrétaire d’International Sky-ball Association. Le Frenchy est peut-être toujours en association, mais plus pour longtemps. Ce n’est qu’une question de mois.

pointillés

retour