les lauréats

Palmarès national

catégorie Création

catégorie Emergence

Palmarès régional

catégorie Création

catégorie Emergence

je recherche un lauréat

Bouton inscription en ligne - prochaine édition à partir du 2 janvier

Pour contacter les lauréats :

joindre l'équipe organisatrice (BGE)

du concours au 01 43 20 54 87

nous contacter

Lien "Je suis candidat"Lien "Je suis partenaire"Lien "Je suis journaliste"Lien "J'accompagne un créateur"

LAUREAT NATIONAL
TALENTS DES CITES 2002

image du mot "création" dans une police manuscrite"
photo indisponible

SUAN-PAN Informatique

Créateur(s) : Mickaël KAMBRUN

Parrainé par le Ministère de la Cohésion des territoires

Région Pays-de-la-Loire | CHATEAUNEUF SUR SARTHE

Activité | faire connaître le jeu sous toutes ses formes et ses qualités de socialisation

 

Le projet

 

Mickaël Kambrun, 27 ans est originaire de Trelaze dans le Maine et Loire. Joueur et altruiste, il boucle la boucle de l’enseignement. C’est une histoire dont il est le héros.

 

A VOTRE TOUR DE JOUER

“ Dans le quartier où j’ai vécu, il faut être prêt à soulever des montagnes et à se bouger pour s’en sortir. Je pense ne m’être pas trop mal débrouillé ”.
Allez savoir si c’est à cause de sa passion pour le jeu de rôle ou pour la matière scientifique, mais il est certain que Mickaël ne tient pas en place. Il n’est pas de ceux qui se contentent de cultiver leurs acquis, et l’on ne s’étonne pas de le retrouver à la fois conseiller chez Packard Bell, jeune chef d’entreprise, à l’origine de plusieurs associations de jeu de rôle. Baccalauréat avec mention, B.T.S d’électronique “en poche”, il est déterminé à devenir ingénieur. Mais ce rêve s’arrêtera aux oraux des concours.
Pourtant, c’est pendant sa scolarité qu’il trouve sa voie. Des rencontres enchantées, il en a fait de nombreuses. Ses maîtres : M. SEGUIN, un professeur d’E.M.T du collège de TRELAZE dans le Maine et Loire, qui lui transmettra le goût pour l’électronique ; et M. HERNOT qui l’initiera aux joies de l’informatique. De ses deux professeurs “extraordinaires et qui se donnent à fond”, comme lui aujourd’hui, il avouera avoir reçu l’envie de transmettre...

 

SANS HASARD

Ainsi, après avoir enchaîné les petits boulots et plusieurs missions d’intérim, il est embauché comme technicien hot line par Packard Bell et parallèlement crée son entreprise qu’il appellera curieusement L’AFOI - prononcé “ la foi ”- (Aide et Formation à l’Outil Informatique). Car, avec Mickaël, rien n’est laissé au hasard, pas même le jeu. Et ce n’est pas les quelque deux mille visiteurs du salon du jeu AVENTURA qui nous contrediront. Un partenariat prestigieux pour régler les difficultés du financement inhérentes à ce type de manifestation (France Télécom, les éditeurs Descartes...). Une couverture médiatique régionale pour assurer la promotion de l’événement (France 3 régional, TV10). Des instructeurs pour expliquer aux néophytes les “règles du jeu ”. La vie associative ce n’est pas un jeu d’enfant ! Mais comme se plaît à le répéter Mickaël : “ Il n’y a rien de mieux qu’un jeu de société. On s’assoie, on discute, les langues se délient. Mon objectif : faire connaître le jeu sous toutes ses formes ainsi que ses qualités de socialisation ”.


À l’heure actuelle, le salon AVENTURA a permis de créer une fédération : la Fédération Ludique de l’Ouest qui regroupe dix associations de jeu du “Grand Ouest”. Qui aurait pu imaginer que ce jeune garçon la tête plongée dans les univers parallèles des fées, sorciers et autres potions magiques se retrouve héros d’une telle aventure !
Son savoir, il le distille toujours chez Packard Bell comme conseiller technique mais surtout, avec L’AFOI, dans des centres de formation continue pour adultes. Il aide ainsi de nombreux chômeurs à se réinsérer dans des centres de maintenance ou des hot line techniques. “Donner aux gens c’est mon dada”, s’exclame-t-il.

Ses perspectives : solidifier les contrats en cours pour les pérenniser en espérant bientôt pouvoir vivre de son sacerdoce. “ Mes profs m’ont donné de l’engouement et j’essaie aujourd’hui de le transmettre ”.
Aujourd’hui presque indépendant, il ne s’est effectivement pas trop mal débrouillé : “ J’ai une femme, j’attends un enfant dans deux mois et j’ai une maison en construction... ”. La petite fille s’appellera Ambre. Déjà une héroïne.

pointillés

retour