les lauréats

Palmarès national

catégorie Création

catégorie Emergence

Palmarès régional

catégorie Création

catégorie Emergence

je recherche un lauréat

Bouton inscription en ligne - prochaine édition à partir du 2 janvier

Pour contacter les lauréats :

joindre l'équipe organisatrice (BGE)

du concours au 01 43 20 54 87

nous contacter

Lien "Je suis candidat"Lien "Je suis partenaire"Lien "Je suis journaliste"Lien "J'accompagne un créateur"

LAUREAT NATIONAL
TALENTS DES CITES 2002

image du mot "création" dans une police manuscrite"
photo de NomadNetCom

NomadNetCom

Créateur(s) : Houria BOUFERCHA

Parrainé par le Ministère de la Cohésion des territoires

Projet suivi par Adie

Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur | MARSEILLE

Emplois créés : 10

Activité | Société de services dans les technologies de l'information

WEB / WWW.NNC.FR

 

Le projet

 

Houria Zarrougui, 38 ans, est originaire du quartier du Panier à Marseille. Après les “durs à cuire” de la sécurité, elle orchestre une communauté de dix humanoïdes des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC).

 

CHEF DE TRIBU

Si son entreprise doit un jour ou l’autre figurer dans le dictionnaire des noms propres, elle a déjà tout prévu - NomadNetCom (abrev.NNC) - (1996), ensemble d’individus réunis en tribu, plus communément appelée SSII ou encore Start Up, évoluant dans l’aire de la gestion de données. Une tribu où la femme est faite chef, à la tête de dix humanoïdes des TIC et d'une garde rapprochée d'une cinquantaine de consultants indépendants. Son nom : Houria Zarrougui. Armée d'une expérience de management dans la sécurité dès ses 24 ans, à peine sa maîtrise de psychologie bouclée. Catapultée à la gestion d’un PC de télésurveillance et du gardiennage industrielle et maritime, elle prend en charge le développement de l'entreprise qui passe de 10 à 300 salariés. Elle dirigera la société durant six ans, des durs à cuire aussi, anciens légionnaires ou tolards même parfois. Chef de tribu incontestable, au destin extraordinaire et à la légende en élaboration. Tous les éléments sont réunis pour construire le mythe, les incontournables obstacles et accidents de parcours dont on ressort grandit, ou la mort à laquelle l’on réchappe. Première épreuve : neuf mois entre l’hôpital et les centres de rééducation suite à une opération de la jambe et des complications post-opératoires. Et à chaque mauvais coup de la vie, le chef se fait un peu sorcier et y lit “un signe ” : “Au bout de six ans, j’avais fait le tour, j’étais usée par ce métier, j’avais envie de respirer, de comprendre autre chose. Cela m’a poussé à rompre et à partir ”.

 

COMBATTRE L’IGNORANCE

Mais avant de repartir, Houria prend un temps d’arrêt pour créer une association, “Mosaïque”, mettant à l’honneur toutes les civilisations passées par le bassin méditerranéen. “L’autre rive n’est pas très loin. C’était une façon de comprendre ce qui nous réunissait tous, de combattre l’ignorance qui conduit à l’incompréhension ”. Un combat sans esbroufes, loin des méthodes plus musclées de ses 20 ans et de son association “Génération 2000” où, munie d’un haut-parleur, elle rebat les oreilles du quartier de ses exhortations à aller voter pour contrecarrer la montée de l’extrémisme. Mais Mosaïque à peine lancée, le mauvais sort la rattrape et dans le noir la surprend : agression et cette fois-ci, la mort frôlée pour de bon. Deuxième “ signe ”, deuxième virage. À peine remise sur pied, Houria convoque son conseil d’administration et laisse son fauteuil pour se lancer dans la création d’entreprise. Une boîte “ entre Marseille, Paris et l’Algérie, avec toujours cette idée de relier le Sud au Nord par l’économie. Mais si j’avais la culture de l’entreprise française, je n’avais pas la culture de l’entreprise algérienne... ” Alors, elle part : 1995 sur l’autre rive, en plein couvre-feu et l’horreur des massacres, à la rencontre des entreprises algériennes et de leurs dirigeants, en poste d'observation. “En France, tout le monde me prenait pour une folle... ”. N’empêche, elle remporte l’appel d’offres de la Sonatrach - un marché de 609 796 €, poursuit sans relâche les montages de dossiers, et rafle au final 13 720 € auprès du CPEM (prêt à taux zéro de 4573 €), de l’Adie (4573 €) et du groupe Malakof (prêt de 4573 €).

Avec l'appui de son mari informaticien et co-fondateur de la société, elle constitue un vivier de consultants, une dizaine au total. Ils sont 50 aujourd’hui, 10 salariés, et l’augmentation de capital de 15 245 € à 152 450 € est prévue pour l’année prochaine. Autre réussite : NomadNetCom fait partie du cercle très fermé des intervenants d’Oracle University au titre de la formation et affiche de gros clients comme Air France, La Redoute, le Groupe Auchan, Le Commissariat de l’Énergie atomique, le Ministère de l’économie et des finances, le Groupe Hoescht, CGE Alsthom...

 

“UNE TRAVERSEE DU DESERT”

Mais lorsqu’elle conte ses aventures, Houria parle du passé comme d’une “traversée du désert ”. Elle et lui, dirigeants non rémunérés, réinvestissant tout dans l'autofinancement du développement; des sacrifices personnels, des fins de mois difficiles, des hivers sans chauffage. Sans parler du nom : “ Rien n'a été facile, surtout lorsque l'on affirme légitimement et le plus naturellement du monde ce qui paraît être le droit le plus élémentaire de tout individu, son identité. Il n'a pas été toujours facile de s'appeler Houria Zarrougui ”. Mais elle l’a gardé. Et à tous les oiseaux de mauvais augure qui lui prédisaient qu'elle se planterait, Houria a démontré le contraire.

pointillés

retour