Recherchez
un lauréat

LAURÉAT National | 2009

Catégorie Création

2009-malika-makhoukhi-et-fatima-kouider-easy-paye-talents-des-cites-creation-1.jpg

Easy Paye

Malika MAKHOUKHI

Grand prix

Parrainé par Sénat

  • Projet suivi par le MAPE
  • Région Aquitaine
  • Activité | Gestion des salaires et des charges sociales
  • www.easypaye.fr

LE PROJET

Malika MAKHOUKHI, 28 ans, et Fatima KOUIDER, 36 ans, ont uni leurs compétences pour créer, en novembre 2008, Easy Paye, une entreprise de gestion des salaires et de ressources humaines. Elles ont été accompagnées par le MAPE – Mouvement associatif des professionnels et entrepreneurs. Un apport financier personnel a été nécessaire pour installer leur bureau à Cenon, quartier Marègue dont elles sont originaires. « Nous voulions nous y installer pour être actrices de la vie économique et sociale locale ».
La complémentarité des deux co-gérantes fait la force de la Sarl : Malika MAKHOUKHI est titulaire d’un master en ressources humaines (comptabilité et gestion), Fatima KOUIDER du DECF – diplôme d’études comptables et financières. Leur prestation comprend la gestion des salaires, des contrats, des déclarations sociales… – une offre particulièrement adaptée aux petites et moyennes entreprises qui constituent 85% de leur clientèle. « Nous privilégions une approche humaine et accessible des ressources humaines, axée sur l’écoute, les échanges en direct et une relation de confiance ».
Le marché est porteur compte tenu des évolutions récurrentes de la législation sociale. Malika MAKHOUKHI, et Fatima KOUIDER prospectent aussi activement : les experts-comptables récemment installés, les entrepreneurs, dans les salons et forums. Leur objectif est d’embaucher une personne d’ici la fin de l’année… et jusqu’à 5 dans les 3 ans.
Pour Malika MAKHOUKHI, qui assure bénévolement l’organisation administrative et comptable de l’association théâtrale du quartier « mon engagement associatif m’a permis d’acquérir les responsabilités nécessaires à la création d’entreprise. Notre réussite prouve que les femmes issues des quartiers peuvent créer une entreprise dans un secteur généralement réservé à d’autres catégories sociales ».