Recherchez
un lauréat

LAURÉAT National | 2012

Catégorie Création

pierre-philippe-verdier-v2p-talents-des-cites-creation-1.jpg

V2P

Pierre-Philippe Verdier

Parrainé par Groupe Casino

  • Projet suivi par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Limoges
  • Région Limousin | Limoges, ZUP de l'Aurence
  • Activité | Maîtrise d'oeuvre et diagnostics immobiliers

LE PROJET

Pierre-Philippe Verdier a toujours su qu’il créerait sa propre société dans le secteur du bâtiment. Le parcours universitaire et professionnel de ce jeune limougeaud de 28 ans a entièrement été tourné vers ce but. Jobs d’été, stages professionnels… dès qu’il a été en âge de travailler, il n’a pas manqué une occasion de travailler sur un chantier. D’ouvrier à technicien, il a occupé durant de nombreuses années une grande variété de postes sur des chantiers.

Une pluridisciplinarité que l’on retrouve dans sa formation : titulaire d’une Licence Professionnelle Diagnostic Maintenance et Réhabilitation des Bâtiments, Pierre-Philippe a aussi un Diplôme Universitaire Technique en Gestion des Entreprises et des Administrations (DUT GEA) et un CAP d’installateur sanitaire.

 

En 2012, il crée V2P, sa propre société et réalise ainsi son ambition. Grâce aux connaissances et expériences engrangées au fil des années, Pierre-Philippe propose une offre de services de diagnostic immobilier et de maîtrise d’oeuvre complète et inédite destinée aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités locales. Il a bénéficié dans sa démarche d’un accompagnement de 9 mois par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Limoges.

Ses connaissances et son expérience, Pierre-Philippe Verdier souhaite aussi en faire profiter les habitants du quartier de l’Aurence, où son entreprise est implantée. Au côté d’associations du quartier, il veut contribuer à l’amélioration du confort, de la sécurité et de l’accessibilité aux handicapés de l’habitat dans cette ZUP de Limoges.

 

Pour lui, être lauréat du concours Talents des Cités, est l’occasion de « montrer aux jeunes des quartiers que les métiers du bâtiment ne sont pas une voie de garage et qu’il existe des possibilités d’évolution. »